Guerre de religion, idéologiques et territoriales

Le Moyen âge est marqué par de nombreux conflits qui ont ravagé le Royaume de France. Il a surtout été le théâtre de guerres privées entre seigneurs pour des possessions ou des questions d'honneur. Cependant les croisades et la guerre de cent ans diffèrent des autres conflits et sont à l'origine d'avancées dans la manière de se faire la guerre.

120116.jpgAu Moyen-âge, les guerriers s’affrontaient à cheval ou à terre mais face à face. Les chevaliers utilisaient de nombreuses armes telles que la lance avec laquelle la cavalerie ouvrait la bataille, mais aussi l’épée qu’ils portaient sur eux. Il s'agissait de l'arme la plus courante pour le combat au corps à corps entre chevaliers. Les autres armes utilisées dans ces combats, que l’on peut qualifiés d’humains, étaient le marteau,  la massue et la hache.

 Ils ne pouvaient utiliser aucune arme de jet car il était considéré comme déshonorant de tuer son ennemi à distance à l'aide d'une flèche ou de tout autre projectile. Les religieux considéraient ces armes comme « les armes du diable ».

 On peut qualifier ces guerres de guerres humaines car les ennemis étaient proches et avaient notion de leurs actes.

1737188810.jpg

La guerre de 100ans qui oppose les Français aux Anglais correspond à une série de conflits fondés sur des considérations dynastiques. Elle commença en 1337 et finit en 1453. On constate de nombreux désastres face aux archers Anglais (bataille d’Azincourt) et à la flotte britannique.

Un archer Anglais peut tirer jusqu’à 10 ou 12 flèches à la minute, là ou un arbalestier français ne peut tirer qu’un carreau à la minute, et peut ajuster son tir à 200m.

 

Peu à peu les raisons de la lutte deviennent floues, inexplicables et désespérées. De plus cette longue guerre prend une tournure religieuse avec le scandale crée autour de Jeanne d’Arc qui fut brûlée par les ecclésiastiques. 

Les guerres de religion (les croisades) commencent en Janvier 1562 et se poursuivent entrecoupées de périodes de paix jusqu'en 1598, avec la mise en place de l'Édit de Nantes. Elles s’arrêteront sous Louis XVI avec l’Édit de Versailles en 1787.

Peu à peu les ennemis se sont éloignés avec l’utilisation des arcs et des flèches et ensuite des arbalètes. On peut remarquer, dans les progrès et l’évolution des armes et de leur fonctionnement, un détachement progressif des hommes du champ de bataille et donc du contact avec leur adversaire. 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site