L'aviation et les chars depuis la Première guerre mondiale

Lors de la Première Guerre Mondiale, la guerre devient une guerre de tranchées. Les combats sont rythmés par l’artillerie, principale arme de cette guerre. L’immense majorité des pertes humaines est causée par les canons.

Les parois des tranchées protègent relativement les combattants de l'artillerie légère. Mais des mortiers, tirant presque à la verticale, sont employés. L'artillerie pilonne, pendant plusieurs jours, le camp adverse sans voir les dégâts humains dont elle est à l’origine puis viennent les grandes offensives. L'énorme canon allemand, appelé la "Grosse Bertha", est certainement la pièce d'artillerie la plus connue de cette guerre.  

images-1.jpg 

L’industrie de l’armement a permis pendant cette guerre, l’évolution des techniques et des méthodes dont celles de l’aviation. En effet l’observation aérienne par les avions et les ballons permet aux armées de connaître avec précision la configuration du terrain ennemi, si bien que les tirs d’artillerie ne tombent jamais au hasard.

Les véhicules blindés (chars) apparaissent, eux, pour couvrir les soldats lors de l'attaque de position.

A cette époque, l’endurance des soldats fait débat, on parle de banalisation de la violence et d’ensauvagement. Certains ont plaisir à tuer c’est une forme d’exaltation personnelle. 


   

Les allemands qui n’ont construit que peu de chars durant la 1ère Guerre mondiale, n’oublieront pas la leçon. Très vite ils contournent les clauses du traité de Versailles et développent de nouveaux matériels comme les Panzer.

jppq-kd.jpg 

Le premier char allemand, très rudimentaire, peu armé et mal blindé est en revanche de fabrication facile. II est utilisé dans les invasions de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne…


Cependant les chars présentent certains inconvénients. En effet au niveau psychologique, ils peuvent entraîner un phénomène de déshumanisation ! Le fait d’être protégé et enfermé dans cette machine blindée, rend le soldat inconscient de ses actes, il ne peut apercevoir son adversaire et ne voit plus l’ampleur de l’acte commis, les chars créent une distance virtuelle autant psychologique que physique, le soldat ne réalisant plus qu’il se trouve sur un champ de bataille et ne visualisant plus les morts dont il est responsable. Les chars sont ainsi en partie responsables de banalisation de la mort, de la violence, du danger et surtout de la guerre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, on voit surtout apparaître de nouveaux types d’avions, beaucoup plus perfectionnés que ceux utilisés lors de la Première Guerre mondiale comme les avions chasseurs et les bombardiers.

Un avion « chasseur » est rapide et maniable, destiné à détruire des bombardiers ennemis ou des objectifs au sol.

Ils sont généralement monoplaces et équipés de mitrailleuses et de canons.

800px-ray-flying-legends-2005-1.jpg

 Un Spitfire, avion britannique de la Royal Air Force

Un avion « bombardier » est un avion lourd. Il possède des bombes et des mitrailleuses défensives et est utilisé pour détruire des installations ennemies. Ils sont plus grands et possèdent une plus grande charge offensive et une plus large autonomie de vol.

image04.jpg

Le Boeing B-17, bombardier américain

Le recours à ces armes comme moyens de destruction est un signe de l’éloignement des adversaires. Depuis le siècle dernier les soldats se battent de moins en moins face à face, c’est le début de ce qu’on pourrait appeler la déshumanisation de la guerre. 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site