Utilisation des drones

Un drone ou UVA (Unmanned Aerial Vehicle) est un aéronef, c'est-à-dire un appareil capable d’évoluer à la surface terrestre. Il est sans pilote et est donc totalement autonome. Il est commandé à distance et est destiné à des missions de surveillance, de renseignements ou de combat. Des militaires les dirigent depuis des bases situées à des milliers de Km du lieu d’attaque, ils utilisent pour cela des ordinateurs très puissants auxquels les images sont transmises en direct. Leur métier peut paraitre être un « simple jeu de  guerre » car ils ont à manipuler des manettes et des boutons cependant on ne réalise pas que pour certains il devient un véritable calvaire dû au stress permanent. 

drdone-1.jpg

 Cockpit d'un drone de l'US Air Force

Dans le cas des combats se sont des types de drones particuliers qui sont utilisés, ils sont en effet équipés de matériel d'observation et/ou d'armements divers.

 Ceux-ci sont programmés pour suivre un trajet précis et atteindre un objectif militaire. Ils conduisent leurs missions avec la plus grande autonomie et sans interventions humaines.

 Leur taille et leur masse sont très variables et dépendent de l’utilisation que l’on en fait. De plus ils permettent, grâce au pilotage à partir du sol, d’effectuer de très longs vols (plusieurs dizaines d’heures).

On parle parfois de drones sous-marins pour désigner des engins sans pilote évoluant dans l’eau ou de drones spatiaux pour des appareils capables d’atteindre l’espace (comme le Boeing X37B).

normal-olivesnoires014-2.jpg

 Le Remus est un drone sous-marin capable de scanner de grandes zones sous-marines

Il semblerait que leur utilisation soit ancienne avec différentes tentatives réalisées depuis 1949 mais pas très convaincantes et sans grand intérêt. On peut noter l’emploi des avions sans pilote V1 et V2 allemands lors de la seconde guerre mondiale mais ils seraient plus qualifier de bombes volantes. C’est en Corée et au Viet Nam à l’époque de la guerre froide ( années 60), que  le drone a été développé de façon confidentielle par les États-Unis d’Amérique comme un moyen de supériorité stratégique et de rupture capacitaire devant permettre la surveillance et l’intervention militaire chez l’ennemi sans encourir les risques humains que l’opinion ne supportait pas.

Depuis ces robots tueurs ont fais partis de nombreux conflits comme au Kosovo (1999), au Tchad (de 1979 à 1994) ou encore lors d’attaques aériennes américaines au Pakistan (depuis 2006).

L'US Air Force est actuellement et de très loin le premier utilisateur mondial de drones de combat, porteurs de noms synonymes de terreur et de carnage tels que les Predators ou les Avengers. Dans les zones de conflit en Afghanistan et en Irak, les patrouilles sont permanentes : en 2010 108 drones tournaient, surveillaient et venaient rapporter des informations sur ces « zones à risque ». L’avion de combat sans pilote est maintenant une constante de la guerre aérienne.

On annonce que l'US Air Force a formé 350 opérateurs de drones en 2011 contre 250 pilotes d'avions de combat.

predator-firing-missile4.jpg

Tir par un drone RQ-1 Predator de ce missile AGM-114 Hellfire

La plupart des pays respectent les lois de la guerre (telles que les Conventions de Genève) qui  définissent la conduite à tenir en cas de guerre et précisent ce qu'est un combattant. Leur objectif et de bien identifier les cibles combattantes ou non  afin d’éviter les dommages collatéraux.

Cependant sur le plan moral, le recours de plus en plus systématique aux drones pose des questions excessivement dérangeantes. La machine est objective dans la mesure où elle se soucie encore moins qu’un combattant de savoir que les cibles repérées par ses capteurs sont des femmes, des enfants ou des hommes armés.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site