A travers les médias

Durant les deux premières guerres mondiales, les seuls récits des combats étaient les rares écrits de soldats. La population n’était pas informée de la situation. La médiatisation de la guerre du golfe marqua un tournant : depuis 1991, un nouveau concept est apparu : la guerre en direct. La retransmission en temps réel par le biais de webcam par exemple en est la meilleure illustration. C’est le triomphe de l’information instantanée. Un débat s’est depuis engagé sur le rôle des médias en temps de guerre.

image13.png

Pour certains la médiatisation de la guerre est considérée comme un acquis de la modernité. Elle dévoile les horreurs des combats. Elle sort de l’isolement les populations qui autrement seraient abandonnées à la méconnaissance et à l’oubli. Ainsi, elle permet la réaction d’autres pays voire une intervention pour empêcher par exemple un génocide comme actuellement observé en Lybie.

Ensuite il y a un risque d’utilisation de ces informations dans un but de propagande venant du pouvoir dominant : « la communication médiatique de masse peut aussi se révéler une arme redoutable dans la dynamique des conflits du monde contemporain, comme le démontre l’observation de la Guerre du Golfe ». La dureté des images montrées pose également problème car le danger d’accoutumance, de banalisation à la violence n’est pas exclu. Enfin, avec le direct, la guerre se transforme en spectacle : il y aurait alors confusion entre réel et imaginaire.

lokp.jpg

Allons nous tous, à force de banalisation être insensibles, indifférents à la violence ? Les médias vont-ils devenir une arme de guerre en tant que telle ? Comment résister à la manipulation médiatique et rester objectif ?    

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site